À la Berlinale, Fatih Akin crée le malaise

« The Golden glove », portrait provocateur et sans nuance d’un serial-killer dans le Hambourg des années 1970, a réveillé un début de compétition jusque-là sans grand relief. ... [Lire la suite]