Persona non grata

En parallèle d’une belle carrière d’acteur, Roschdy Zem est, depuis une bonne dizaine d’années, passé derrière la caméra avec un goût certain pour l’éclectisme. S’essayant aussi bien à la comédie avec Mauvaise foi, qu’au plaidoyer pour la justice avec Omar m’a tuer, ou au biopic avec Chocolat. Le pitch de Persona non grata nous conduit sur un terrain de jeu si bien balisé qu’il en est quasiment devenu un genre cinématographique à part entière ; ... [Lire la suite]

Her Smell

Becky Something est une rockstar des années 90. Mais ses excès et déboires vont la conduire à détruire son groupe et à perdre sa notoriété. Her Smell marque la deuxième collaboration entre Elisabeth Moss et Alex Ross Perry après le curieux Queen of Earth, thriller parfois en demi-teinte mais qui traitait déjà l’inadaptation d’un personnage avec le monde qui l’entoure. Ici le film semble plus accessible avec son apparence de faux biopic musical ... [Lire la suite]

Vita & Virginia

Londres, début des années 1920. Une femme brune sophistiquée affirme d’un ton revendicateur et malicieux au micro de la BBC que « l’indépendance n’a pas de sexe ». Dans la pénombre austère de son bureau, l’écrivaine Virginia Woolf (Elizabeth Debicki) savoure attentivement ces mots de Vita Sackville-West (Gemma Arterton), impertinente aristocrate qu’elle ne connaît pas encore mais qui va devenir son amante, l’inspiration de son œuvre Orlando ... [Lire la suite]

Too Old To Die Young

Après la mort de son co-équipier, Martin Jones, inspecteur de police à Los Angeles, est plongé dans une spirale infernale de meurtres et de vengeance. Convoquer d’anciens démons « Nicolas Winding Refn n’est plus un réalisateur mais un plasticien ». Cette phrase utilisée allègrement depuis Only God Forgives (son film qui divise le plus) veut nous faire croire que NWR est passé du mauvais côté de la barrière en devenant un maniériste aux ... [Lire la suite]

Cendres et diamant

Pologne, année zéro. La Deuxième Guerre s’est achevée aujourd’hui qu’aussitôt les guéguerres intérieures se réactivent. Maciek doit abattre le nouveau premier secrétaire du Parti. Il échoue une première fois. Deux ouvriers, deux frères s’en sont allés à sa place, pour rien. Une occasion se représente miraculeusement. Mais Maciek retarde la sentence. Il préfère s’enamourer qu’accomplir son devoir. Comment le lui reprocher. Ces instants sucrés, ... [Lire la suite]

Attaque à Mumbai

Un casting d’enfer Ce film co-produit par plusieurs pays, et qui a dû coûter très cher, ne sortira en France qu’en e-cinéma pour des raisons peu explicitées. Mais on peut dire d’ores et déjà que c’est très dommage car il aurait mérité une sortie en salles. Le réalisateur australien Anthony Maras dirige cette production britannico-australo-indienne riche de quelques acteurs connus comme Armie Hammer (Lone Ranger), Jason Isaac (la saga Harry ... [Lire la suite]

Rojo

Dario Grandinetti, Meilleur acteur Le nouveau film de Benjamin Naishtat ne laisse pas indifférent, et questionne le spectateur plusieurs jours après la projection. Il faut dire qu’il s’agit du troisième long métrage de ce réalisateur talentueux et il s’inscrit tout à fait dans la lignée de ses films précédents, Historia del miedo en 2014 et El Movimiento en 2015. Ce dernier film, présenté au festival de San Sebastian a remporté trois prix : ... [Lire la suite]

La Femme de mon frère

On connaît surtout Mona Chokri pour les rôles qu’elle tint dans les premiers films de Xavier Dolan comme Les Amours imaginaires ou Laurence Anyways. Avec cette première réalisation elle dévoile une personnalité singulière et attachante. Le film dépeint la relation fusionnelle entre Sophia (Anne-Elisabeth Bossé) et son frère Karim (Patrick Hivon), ce lien constituant une vraie béquille émotionnelle pour la jeune femme. D’humeur inégale flirtant ... [Lire la suite]

Ville neuve

Traiter un moment de l’été 1995 en noir et blanc, pour ce court film d’animation, est bien sûr un parti pris revendiqué par le réalisateur qui en est également le scénariste et l’illustrateur. Adapté d’une courte nouvelle de l’écrivain américain Raymond Carver, La Maison de Chef, ce film raconte les retrouvailles d’un couple séparé dans une maison prêtée par un ami au bord de la mer, en Gaspésie. Ce n’est pas un été comme un autre, c’est celui où ... [Lire la suite]

Bixa Travesty

Linn da Quebrada est une artiste de la scène queer et funk brésilienne ; ses textes parlent d’identité de genre, en particulier du malaise autour de sa transidentité dans le Brésil de Jair Bolsonaro. Linn est née dans un corps d’homme, mais on dit elle – d’ailleurs elle promet de se faire tatouer le pronom sur le front pour que les choses soient claires. Linn est un soleil qui irradie l’image par sa présence et sa verve provocantes – mais comme ... [Lire la suite]

The mountain, une odyssée américaine

Ceci n’est pas un biopic Pour son cinquième long métrage, inspiré de la vie du controversé neurologue américain, Wallace Fiennes, Rick Alveson nous offre un road movie tragique, composé uniquement de plans fixes, dans une lumière glauque et clinique due à Lorenzo Hagerman. C’est dire si le sujet du film n’est pas particulièrement gai puisqu’il raconte l’histoire de ce médecin dont la méthode de lobotomie était loin de faire l’unanimité dans le ... [Lire la suite]

Yves

Benoît Forgeard, diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts et du Studio des Arts contemporains du Fresnoy, s’est fait connaître rapidement par de nombreux courts métrages diffusés sur France 2 et Canal +, tous produits par Ecce Films. Puis viennent deux longs métrages, Réussir sa vie en 2012 et Gaz de France en 2016, sélectionné au Festival de Cannes pour l’ACID. Son troisième long métrage, présenté cette année en film de clôture de la Quinzaine des ... [Lire la suite]

Child’s Play : La poupée du mal

Alors que Don Mancini vient de confirmer l’arrivée prochaine d’une série télévisée consacrée à sa poupée tueuse, qui s’inscrirait dans la continuité des sept films précédents et s’appellerait Child’s Play, voilà que la MGM (détentrice des droits) décide de produire un reboot de Chucky nommé… Child’s play (soit le titre du premier volet original sorti en 1988, donc). Approché par le studio pour en être le ... [Lire la suite]

Pedro Almodovar

Avec le récent Douleur et gloire (2019), Pedro Almodóvar nous a offert un des opus les plus personnels et touchants de sa filmographie. Cette forme intime et feutrée prolonge l’approche du superbe Julieta (2016). Dans l’Espagne post-franquiste de la Movida, l’exubérance dominait dans le tapageur Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1979). Mais Almodóvar sait déjà manier l’émotion et la provocation dans une œuvre de transition telle que ... [Lire la suite]

Tout sur ma mère

Après les tapageuses et provocantes œuvres qui le révélèrent dans les années 80, Pedro Almodovar avait amorcé une passionnante mue avec Talons aiguilles (1992) où son univers bariolé se teintait plus explicitement de mélodrame à travers une tumultueuse relation mère-fille. Tout sur ma mère poursuit cette tendance (qui aboutira à certaines de ses œuvres les plus profondes et matures dans les années 2000) et s’avère un de ses films les plus ... [Lire la suite]

La Fleur de mon secret

La Fleur de mon secret est une œuvre où Almodovar mêle hommage au female pictures hollywoodien (soit ces grands mélodrames psychologiques au féminin portés par l’interprétation d’une Bette Davis, Joan Crawford et autres Barbara Stanwyck dans les années 40) et des thématiques plus personnelles. Almodovar cherche ici à capturer une forme de solitude et détresse féminine à travers le postulat de ces grands mélodrames, mais revisités à l’aune d’un ... [Lire la suite]

Attache-moi !

Attache-moi ! voit Pedro Almodovar habilement croiser une approche plus sobre et dans le postulat l’excentricité intacte de ses premiers films. Son amour des marginaux s’exprime ici avec Ricky (Antonio Banderas), jeune homme ayant navigué entre maison de correction et asile psychiatrique qu’il s’apprête à quitter, enfin apte à la vie civile. Son désir le plus cher est de construire tout ce qui lui a manqué jusque-là, une vie de famille normale ... [Lire la suite]

Les Monstres

Une étude au vitriol de nos bassesses Sorti en 1963, à la belle époque du cinéma italien et des films à sketchs, Les Monstres marque l’histoire du cinéma en proposant une étude au vitriol du genre humain à travers pas moins de dix-neuf sketchs mis en scène par Dino Risi (voir le Coin du Cinéphile que nous lui avons déjà consacré), qui avait déjà ébloui les spectateurs par un nombre impressionnant de films, dont certains furent de grands succès ... [Lire la suite]