Le nouveau porte-étendard de la liberté d’expression est un Google Doc sexiste

Le siège de Google (Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP)On a les héros qu’on mérite. Après avoir soutenu Donald Trump pendant la campagne présidentielle, la nébuleuse de l’alt-right, cette droite alternative américaine gorgée de culture web, s’est trouvé un nouveau héros tombé au combat de la “bien-pensance”, James Damore. Cet ingénieur de Google avait publié en interne un mémo de 10 pages, dénonçant les valeurs progressistes de ... [Lire la suite]