Moi, fou

« Pour vendre la pilule, il faut d’abord vendre la maladie. » Voilà qui décrit en quelques mots le travail d’Ángel Molinos pour un observatoire de troubles mentaux affilié à une multinationale pharmaceutique. L’ex-dramaturge reconverti en analyste désabusé passe donc ses journées ... Lire la suite ... [Lire la suite]