Tour de France : « Une course, c’est passer du calme le plus plat à l’excitation la plus frénétique »

Dans sa chronique pour « Le Monde », Guillaume Martin, qui dispute le Tour de France, illustre le contraste entre excitation extrême et temps morts, exacerbé pendant le Tour, où se côtoient folie et organisation millimétrée. ... [Lire la suite]